"Sécurité humaine et culture de la paix"

Remonter ] toxicomanie ] chemins vers l'autre ] parler du jura ] Voltaire  et Christin ] dictionnaire tolérance ] Marguerite Gagneur, sculpteure ] Pacifiste dans les balkans ] [ securite humaine ]

Présentation :

Depuis les évènements de 2001, la situation internationale a changé, tout autant qu’avec ce qui s’est passé en 1989 lors de la chute du mur de Berlin.

Mais les aspirations à la sécurité et au développement pour chaque être humain nous impose de nous questionner sur la culture humaine dont nous avons-nous besoin aujourd’hui.

A travers les expériences dans les Balkans mais aussi dans les différentes rencontres avec les sociétés civiles, et en tant que militant pacifiste, j’ai eu à me poser ces questions.

C’est cela que vous trouverez ici, dans cet ouvrage. Mais c’est aussi pour partager avec vous une recherche d’une culture de la paix qui remplacerait la culture de la guerre qui a montré toute son incompétence pour résoudre les problèmes qui se posaient aux humanités.

Revue de presse Mai 2007

Revue de presse Juin 2007

Pour commander ce livre

 

Table des matières

 


Préface

 

par Bernard HUGO, ancien Sénateur (France)

Président de l’IDRP

 

Qu’en est-il de la sécurité humaine aujourd’hui ?

 

Depuis la fin du « court XXème siècle », pour reprendre l’analyse de l’historien britannique Eric Hobsbawm, le monde a indéniablement changé. Pour autant est-il devenu plus sûr ? Rien n’est moins certain au regard des conflits meurtriers dans nombre de régions de la planète. Avec la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide certains experts tablaient sur un ordre nouveau, marquant une certaine « fin de l’histoire des périodes antérieures. ».Une hypothèse semble-t-il hautement optimiste quand on voit le terrorisme prétexté pour provoquer une guerre, la reprise de la course aux armements et la prolifération des armes nucléaires multiplier les risques de conflits, la mondialisation libérale accentuer la misère de milliards d’individus et le non-respect d’engagements internationaux menacer de détruire la planète. Ce début de siècle troublé également par les extrémismes religieux préfigurerait-il une ère de chaos ? Le livre de Patrick Simon ne sombre, ni dans la béatitude, ni dans le catastrophisme. Il analyse le monde tel qu’il est avec ses dangers, ses contraintes, mais aussi ses diverses évolutions possibles.

 

Directeur adjoint de l’IDRP (Institut de documentation et de recherche sur la paix) dont il gère avec efficacité le site Internet, militant pacifiste actif au sein de la direction nationale du Mouvement de la Paix, Patrick Simon fut aussi dans les années 90 maire– adjoint d’une commune jurassienne qui avait alors accueilli des réfugiés Bosniaques. Ainsi confronté à la misère humaine, il va développer, en partenariat avec des pacifistes et des humanistes, des actions de soutien aux populations meurtries par les guerres. Il cible tout d’abord l’Europe du sud–est : les Balkans, région qu’il connaît bien pour s’y être rendu depuis la guerre du Golfe à de nombreuses reprises.

 

Alliant expérience de terrain et réflexion théorique, il porte désormais un regard global sur les problèmes majeurs intéressant les différents continents. C’est dire qu’il ne se contente pas d’une simple analyse clinique des situations. La réflexion de Patrick Simon porte sur le caractère illusoire et dangereux d’une sécurité qui reposerait sur des critères purement militaires. Cette conception doit impérativement laisser place à une conception plus large qu’englobent la sécurité humaine et la culture de paix. Promouvoir ces nouvelles orientations crée des responsabilités à tous les échelons : depuis les instances internationales jusqu’aux États, mais aussi des ONG jusqu’aux citoyens eux mêmes car le poids de l’opinion publique joue aujourd’hui un rôle de plus en plus important pour ne pas dire déterminant.

 

Remplacer la culture de guerre qui a tant marqué le siècle dernier par la culture de la paix et de la non violence est une vaste et primordiale entreprise qui nécessite le concours de tous. Fondé sur une analyse rigoureuse, ce livre est un appel à l’action, son intérêt n’en est que d’autant plus évident.